Conférence: Pollutions aux marges de la ville (XVIIIe-XIXe siècles) : Formation et développement d’une zone de relégation

À partir du mardi 25 mai 2021 à 18h sur notre chaîne YouTube

Par Annick Riani, historienne, service archéologie, musée d'Histoire de Marseille.

Dans un contexte général de sensibilisation de nos sociétés aux questions environne-mentales, les pollutions d’origines diverses constituent aujourd’hui un courant impor-tant de l’historiographie française et régionale. En effet, certaines pollutions ont très précocement fait l’objet de réglementations en raison des plaintes émises par les riverains des cloaques, cimetières, manufactures, équipements publics considérés comme malodorants, insalubres ou dangereux. Or, Marseille, qui ne disposait plus de faubourg depuis le XIVe siècle, présente une situation un peu singulière eu égard à son développement urbain et manufacturier.

Peu de marseillais imaginent aujourd’hui à quel point les marges septentrionales de la ville (dans le cas présent la Porte d’Aix et le vallon de la Joliette) étaient des zones de relégation pour des activités polluantes ou insalubres. Comment ce phénomène s’est-il développé jusque dans la première moitié du XIXe siècle et comment s’est-il déplacé ultérieurement à Arenc ? C’est ce que nous proposons d’examiner à l’aide d’un diaporama.

 

Rendez-vous sur notre chaîne YouTube pour découvrir la conférence  mardi 25 mai à 18 h !

 

À partir du mardi 25 mai 2021 à 18h sur notre chaîne YouTube

Par Annick Riani, historienne, service archéologie, musée d'Histoire de Marseille.

Dans un contexte général de sensibilisation de nos sociétés aux questions environne-mentales, les pollutions d’origines diverses constituent aujourd’hui un courant impor-tant de l’historiographie française et régionale. En effet, certaines pollutions ont très précocement fait l’objet de réglementations en raison des plaintes émises par les riverains des cloaques, cimetières, manufactures, équipements publics considérés comme malodorants, insalubres ou dangereux. Or, Marseille, qui ne disposait plus de faubourg depuis le XIVe siècle, présente une situation un peu singulière eu égard à son développement urbain et manufacturier.

Peu de marseillais imaginent aujourd’hui à quel point les marges septentrionales de la ville (dans le cas présent la Porte d’Aix et le vallon de la Joliette) étaient des zones de relégation pour des activités polluantes ou insalubres. Comment ce phénomène s’est-il développé jusque dans la première moitié du XIXe siècle et comment s’est-il déplacé ultérieurement à Arenc ? C’est ce que nous proposons d’examiner à l’aide d’un diaporama.

 

Rendez-vous sur notre chaîne YouTube pour découvrir la conférence  mardi 25 mai à 18 h !