Au musée

Au musée
  • VISITE GUIDÉE DES COLLECTIONS PERMANENTES *

Samedi 1 Avril - de 11h à 13h

13 séquences chronologiques, introduites par un objet-phare emblématique de la ville, jalonnent le

parcours du musée d'Histoire de Marseille. Elles se déploient à travers un fil d'Ariane qui est celui de l'histoire du port et tout autour du site archéologique de la Bourse, véritable salle à ciel ouvert.

 

  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE *

du Port antique au fort Saint-Jean

Dimanche 5 mars - de 11h à 13h

Découverte de la plus ancienne rue de France qui relie le musée d'histoire de Marseille au fort Saint-Jean. La visite, avec tablette numérique, est une véritable expérience de réalité augmentée, grâce à laquelle on peut découvrir une quinzaine d’édifices classés "Monument historique".

 

 

* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.

Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

 

  • VISITE GUIDÉE DES COLLECTIONS PERMANENTES *

Samedi 1 Avril - de 11h à 13h

13 séquences chronologiques, introduites par un objet-phare emblématique de la ville, jalonnent le

parcours du musée d'Histoire de Marseille. Elles se déploient à travers un fil d'Ariane qui est celui de l'histoire du port et tout autour du site archéologique de la Bourse, véritable salle à ciel ouvert.

 

  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE *

du Port antique au fort Saint-Jean

Dimanche 5 mars - de 11h à 13h

Découverte de la plus ancienne rue de France qui relie le musée d'histoire de Marseille au fort Saint-Jean. La visite, avec tablette numérique, est une véritable expérience de réalité augmentée, grâce à laquelle on peut découvrir une quinzaine d’édifices classés "Monument historique".

 

 

* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.

Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

 

Les vendredis 7, 21, 28, avril de 12h30 à 13h30 et les dimanches 2, 9, 16, 23, 30, de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée.

Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

EXPOSITION

Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine

jusqu’au 28 mai 2017

Des navires romains chargés d’amphores aux jonques de la mer de Chine, des corsaires de Saint-Malo aux frégates de Lapérouse, du buste de César à la gourmette de Saint-Exupéry, des villages submergés aux épaves du Débarquement, de l’estran aux abysses, cette exposition est un fascinant voyage parmi les grandes découvertes archéologiques sous-marines françaises

Exposition reconnue d’intérêt général par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Un partenariat Drassm (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) et Ville de Marseille. Une co-production Columbia River/Ville de Marseille, avec les mécènes Aqualung et la Compagnie du Ponant.

Tarif plein : 8€ / Tarif réduit : 5 €. (Billet couplé avec le parcours permanent des collections du musée d’histoire)

Exposition présentée en salle d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille : accès en rez-de-jardin, par le hall d’accueil du musée, 2 rue Henri Barbusse, 13001 Marseille.

Site internet : memoirealamer.marseille.fr

Les vendredis 7, 21, 28, avril de 12h30 à 13h30 et les dimanches 2, 9, 16, 23, 30, de 14h à 15h30.

Tous publics. Sans réservation dans la limite de la jauge (25 personnes). RDV à l'accueil du musée.

Tarifs : 4 euros / 2 euros en tarif réduit (jeune public de 5 à 18 ans) en sus des tarifs d'entrée à l'exposition.

 

EXPOSITION

Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine

jusqu’au 28 mai 2017

Des navires romains chargés d’amphores aux jonques de la mer de Chine, des corsaires de Saint-Malo aux frégates de Lapérouse, du buste de César à la gourmette de Saint-Exupéry, des villages submergés aux épaves du Débarquement, de l’estran aux abysses, cette exposition est un fascinant voyage parmi les grandes découvertes archéologiques sous-marines françaises

Exposition reconnue d’intérêt général par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Un partenariat Drassm (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) et Ville de Marseille. Une co-production Columbia River/Ville de Marseille, avec les mécènes Aqualung et la Compagnie du Ponant.

Tarif plein : 8€ / Tarif réduit : 5 €. (Billet couplé avec le parcours permanent des collections du musée d’histoire)

Exposition présentée en salle d'exposition temporaire du musée d'Histoire de Marseille : accès en rez-de-jardin, par le hall d’accueil du musée, 2 rue Henri Barbusse, 13001 Marseille.

Site internet : memoirealamer.marseille.fr

« L’aventure des Cahiers du Sud. Années 40, Marseille Capitale Culturelle avant l’heure ? »

Mardi 25 avril à 18h, auditorium

Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Alain Paire, écrivain et critique d'art, avec le participation de Francois Mouren-Provensal, co-réalisateur de films courts sur Antonin Artaud, Walter Benjamin, Simone Weil, André Breton issus de la série série « Chroniques d’Aix à Marseille », productions : Les Films du Soleil / Mativi-Marseille (2015-2016 ).

Les Cahiers du Sud auront connu un demi-siècle de parution, entre 1914 et 1966. Leur parcours fut assuré grâce aux efforts quotidiens d’un couple, Jean et Marcelle Ballard et d’un comité de rédaction où figuraient des écrivains comme Leon-Gabriel Gros, Pierre Guerre et Jean Tortel. Eté comme hiver à partir de quatre heures du matin, pendant plusieurs décennies, Jean Ballard exerça la profession de peseur-juré : il passait les premières heures de ses journées au Cours Julien parmi les arrivages des marchands des quatre saisons. Après quoi, il regagnait le quatrième étage du numéro dix du Cours qui porte son nom depuis le milieu des années 1970. Ses journées étaient consacrées aux Cahiers dont il fallait assurer la vie matérielle. 

La revue publia pendant l’entre-deux guerres Céline et Valéry, Joë Bousquet et les surréalistes, des traductions d’Asturias, Kafka, Faulkner, Dos Passos et Fernando Pessoa.  Simultanément l’équipe des Cahiers du Sud inventait des numéros spéciaux consacrés au Théatre élisabethain (1933) à L’Islam et l’Occident, au Romantisme allemand (1937), au Génie d’Oc (1942) ou bien aux Grands courants de la pensée mathématique (1947). Jusqu’au terme de son existence, elle sut accueillir la modernité et les avant-gardes littéraires de son époque.

Auteur aux éditions de l’IMEC d’un ouvrage à propos de l’histoire des Cahiers du Sud, Alain Paire évoquera tout particulièrement la séquence des années 1940 pendant lesquelles la revue fut l’un des meilleurs ferments d’une vie culturelle qui fit du Vieux-Port une capitale de l’Europe. Pendant ces heures tragiques, l’hospitalité et l’ouverture de la revue furent exemplaires, ce dont témoigneront les films qu’Alain Paire a réalisés en compagnie de François Mouren-Provensal.

Légende du visuel : Jean Ballard dans le grenier des Cahiers du Sud.Photographie aux alentours de 1970.

« L’aventure des Cahiers du Sud. Années 40, Marseille Capitale Culturelle avant l’heure ? »

Mardi 25 avril à 18h, auditorium

Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Alain Paire, écrivain et critique d'art, avec le participation de Francois Mouren-Provensal, co-réalisateur de films courts sur Antonin Artaud, Walter Benjamin, Simone Weil, André Breton issus de la série série « Chroniques d’Aix à Marseille », productions : Les Films du Soleil / Mativi-Marseille (2015-2016 ).

Les Cahiers du Sud auront connu un demi-siècle de parution, entre 1914 et 1966. Leur parcours fut assuré grâce aux efforts quotidiens d’un couple, Jean et Marcelle Ballard et d’un comité de rédaction où figuraient des écrivains comme Leon-Gabriel Gros, Pierre Guerre et Jean Tortel. Eté comme hiver à partir de quatre heures du matin, pendant plusieurs décennies, Jean Ballard exerça la profession de peseur-juré : il passait les premières heures de ses journées au Cours Julien parmi les arrivages des marchands des quatre saisons. Après quoi, il regagnait le quatrième étage du numéro dix du Cours qui porte son nom depuis le milieu des années 1970. Ses journées étaient consacrées aux Cahiers dont il fallait assurer la vie matérielle. 

La revue publia pendant l’entre-deux guerres Céline et Valéry, Joë Bousquet et les surréalistes, des traductions d’Asturias, Kafka, Faulkner, Dos Passos et Fernando Pessoa.  Simultanément l’équipe des Cahiers du Sud inventait des numéros spéciaux consacrés au Théatre élisabethain (1933) à L’Islam et l’Occident, au Romantisme allemand (1937), au Génie d’Oc (1942) ou bien aux Grands courants de la pensée mathématique (1947). Jusqu’au terme de son existence, elle sut accueillir la modernité et les avant-gardes littéraires de son époque.

Auteur aux éditions de l’IMEC d’un ouvrage à propos de l’histoire des Cahiers du Sud, Alain Paire évoquera tout particulièrement la séquence des années 1940 pendant lesquelles la revue fut l’un des meilleurs ferments d’une vie culturelle qui fit du Vieux-Port une capitale de l’Europe. Pendant ces heures tragiques, l’hospitalité et l’ouverture de la revue furent exemplaires, ce dont témoigneront les films qu’Alain Paire a réalisés en compagnie de François Mouren-Provensal.

Légende du visuel : Jean Ballard dans le grenier des Cahiers du Sud.Photographie aux alentours de 1970.

 

"Marseille, port de transit pour les émigrants italiens (1860- 1914)"

 

Mardi 4 avril à 18h, auditorium. Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l'Université d'Aix-Marseille. Programmée dans le cadre des mardis de l'histoire, rdv bimensuels à l'auditorium du musée d'histoire de Marseille, et en partenariat avec le Musée de l'Histoire de l'Immigration dans le cadre de l'exposition “Ciao Italia. Un siècle d’immigration et de cultures italiennes en France (1860-1960)” présentée à partir du 28 mars 2017 à Paris au Palais de la Porte Dorée.

www.histoire-immigration.fr/agenda/2017-01/ciao-italia

 

On connaît bien Marseille comme ville d’immigration italienne. D’abord ville d’adoption pour les Italiens du nord, majoritairement des Piémontais, elle a accueilli à partir du dernier tiers du XIXe siècle de nombreux « Napolitains », appellation privilégiée pour désigner les Italiens du sud. Cette conférence vise à éclairer un autre aspect de l’histoire des Italiens à Marseille, moins connu : celui des Italiens qui ne font qu’y passer, y séjournant temporairement dans l’attente d’un nouveau départ.

C’est un fait bien connu : les Marseillais ont, pour une bonne part d’entre eux, des origines Italiennes. À la veille de la Première Guerre mondiale, les Italiens représentent près du cinquième de la population recensée dans la ville. Leur présence est indispensable au fonctionnement industriel du grand port de commerce qu’est devenue la cité phocéenne. Justement, Marseille est un port et, à ce titre, elle est autant une ville d’immigration qu’une ville de passage. Albert Londres n’écrit-il pas « On va à Lyon, à Nice. On passe à Marseille » ?

Cette conférence entend replacer au cœur de l’étude de l’histoire des Italiens à Marseille ce phénomène du transit, bien moins connu et étudié que celui de l’immigration. En effet, dès les années 1860, pour de nombreux Italiens, Marseille est un point de départ dans une trajectoire migratoire qui doit les mener vers l’Amérique latine. Avec l’avènement des compagnies à vapeur, notamment la puissante Compagnie Générale Transatlantique, le passage des Italiens partant « fare l’America », devient une activité lucrative et importante à Marseille. Elle dynamise tout un secteur de l’économie, notamment l’hôtellerie et la restauration, mais aussi le transport des bagages, et contribue au fort cosmopolitisme de la ville. Progressivement, à la fin du XIXe siècle, la mise en place de lignes maritimes directes au départ de l’Italie prive progressivement l’étape marseillaise de la clientèle des émigrants italiens.

 

Légende : Vue du Vieux-Port, vers 1860, tirage papier d'une photographie sur plaque de verre, coll. Musée d'Histoire de Marseille

 

"Marseille, port de transit pour les émigrants italiens (1860- 1914)"

 

Mardi 4 avril à 18h, auditorium. Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles.

Par Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l'Université d'Aix-Marseille. Programmée dans le cadre des mardis de l'histoire, rdv bimensuels à l'auditorium du musée d'histoire de Marseille, et en partenariat avec le Musée de l'Histoire de l'Immigration dans le cadre de l'exposition “Ciao Italia. Un siècle d’immigration et de cultures italiennes en France (1860-1960)” présentée à partir du 28 mars 2017 à Paris au Palais de la Porte Dorée.

www.histoire-immigration.fr/agenda/2017-01/ciao-italia

 

On connaît bien Marseille comme ville d’immigration italienne. D’abord ville d’adoption pour les Italiens du nord, majoritairement des Piémontais, elle a accueilli à partir du dernier tiers du XIXe siècle de nombreux « Napolitains », appellation privilégiée pour désigner les Italiens du sud. Cette conférence vise à éclairer un autre aspect de l’histoire des Italiens à Marseille, moins connu : celui des Italiens qui ne font qu’y passer, y séjournant temporairement dans l’attente d’un nouveau départ.

C’est un fait bien connu : les Marseillais ont, pour une bonne part d’entre eux, des origines Italiennes. À la veille de la Première Guerre mondiale, les Italiens représentent près du cinquième de la population recensée dans la ville. Leur présence est indispensable au fonctionnement industriel du grand port de commerce qu’est devenue la cité phocéenne. Justement, Marseille est un port et, à ce titre, elle est autant une ville d’immigration qu’une ville de passage. Albert Londres n’écrit-il pas « On va à Lyon, à Nice. On passe à Marseille » ?

Cette conférence entend replacer au cœur de l’étude de l’histoire des Italiens à Marseille ce phénomène du transit, bien moins connu et étudié que celui de l’immigration. En effet, dès les années 1860, pour de nombreux Italiens, Marseille est un point de départ dans une trajectoire migratoire qui doit les mener vers l’Amérique latine. Avec l’avènement des compagnies à vapeur, notamment la puissante Compagnie Générale Transatlantique, le passage des Italiens partant « fare l’America », devient une activité lucrative et importante à Marseille. Elle dynamise tout un secteur de l’économie, notamment l’hôtellerie et la restauration, mais aussi le transport des bagages, et contribue au fort cosmopolitisme de la ville. Progressivement, à la fin du XIXe siècle, la mise en place de lignes maritimes directes au départ de l’Italie prive progressivement l’étape marseillaise de la clientèle des émigrants italiens.

 

Légende : Vue du Vieux-Port, vers 1860, tirage papier d'une photographie sur plaque de verre, coll. Musée d'Histoire de Marseille

Mardi 4 avril, de 12h30 à 13h15

L' Hôtel-Dieu de Marseille aux XVIIe et  XVIIIe siècles : un véritable centre de soins au cœur de la ville

Par Judith Aziza, docteur en histoire moderne, chercheuse associée au laboratoire Telemme, AMU. Visite commentée au sein du parcours permanent des collections en séquences modernes.

Accès libre une fois acquittés les droits d'entrée au parcours permanent des collections du musée.

Réservations préalables (jauge limitée) au 04 91 55 36 00/ musee-histoire@marseille.fr

  • Visite/atelier en famille 

Que fait-on après la fouille archéologique sous-marine ?

Mardi 11 avril de 10 h à 12h

Dans l'exposition temporaire « Mémoire à la mer » , les enfants abordent les techniques de plongée, les contraintes liées au milieu et la diversité des objets retrouvés en cours de fouille. Dans l'atelier pédagogique du musée, ils se familiarisent avec les différentes étapes "post-fouilles" et en expérimentent certaines (nettoyage, dessalage, marquage d'un objet...).

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes

Tarif : Enfant : 5 €+ entrée au musée gratuite/ 8 € Adulte + billet d'entrée à l'exposition : 8 €

Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr, 48h à l’ avance

(jauge 20 personnes max parents accompagnateurs compris). La présence d'un parent est obligatoire. RDV à l'accueil du musée

  • Visite en famille

Vogue sur les flots La navigation antique et le commerce en Méditerranée.

Mercredi 12 avril de 10h à 12h

Approche archéologique de la navigation dans l’Antiquité. De la fondation de Marseille par les Phocéens venus par la mer au développement du commerce en Méditerranée et en particulier avec l’Étrurie. Un voyage dans la Marseille grecque et romaine, les routes maritimes, les techniques de construction des bateaux et leur fonction, les cargaisons…

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes

Tarif : Enfant de moins de 5 ans : gratuit - Enfants de 5 à 18 ans : 2 € + entrée au musée gratuite - Adulte : 4 € + billet d'entrée au musée - La présence d'un parent est obligatoire

Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr, 48h à l’avance

(jauge 15 personnes max parents accompagnateurs compris).

RDV à l'accueil du musée

  • Visite en famille

Les trésors engloutis

Mercredi 19 avril de 10h à 12h

Visite découverte de l’exposition "Mémoire à la mer, plongée au cœur d l'archéologie sous-marine" où les enfants pourront toucher du doigts d'incroyables découvertes archéologiques sous-marines.

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes.

Tarifs : Enfants de moins de 5 ans : gratuit/ enfants de 5 à 18 ans : 2 Euros + entrée gratuite au musée/ Adultes : visite 4 euros + billet d'entrée au musée. Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr

RDV à l'accueil du musée

 

  • LES PLUS :

    - Parcours audioguidé :
    Les adolescents sont chouchoutés au musée d'Histoire de Marseille !
    Un parcours audio-guidé spécialement conçu pour les adolescents met en scène un dialogue entre une grande sœur et son frère. L'audioguide est gratuit et disponible également en anglais et italien.
     
    - Le jeu des petits massaliotes
    Support pédagogique pour un public familial (enfants entre 8 et 12 ans) autour des collections du musée et en particulier des séquences antiques. A demander gratuitement à l’accueil du musée.

 

En image : Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

  • Visite/atelier en famille 

Que fait-on après la fouille archéologique sous-marine ?

Mardi 11 avril de 10 h à 12h

Dans l'exposition temporaire « Mémoire à la mer » , les enfants abordent les techniques de plongée, les contraintes liées au milieu et la diversité des objets retrouvés en cours de fouille. Dans l'atelier pédagogique du musée, ils se familiarisent avec les différentes étapes "post-fouilles" et en expérimentent certaines (nettoyage, dessalage, marquage d'un objet...).

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes

Tarif : Enfant : 5 €+ entrée au musée gratuite/ 8 € Adulte + billet d'entrée à l'exposition : 8 €

Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr, 48h à l’ avance

(jauge 20 personnes max parents accompagnateurs compris). La présence d'un parent est obligatoire. RDV à l'accueil du musée

  • Visite en famille

Vogue sur les flots La navigation antique et le commerce en Méditerranée.

Mercredi 12 avril de 10h à 12h

Approche archéologique de la navigation dans l’Antiquité. De la fondation de Marseille par les Phocéens venus par la mer au développement du commerce en Méditerranée et en particulier avec l’Étrurie. Un voyage dans la Marseille grecque et romaine, les routes maritimes, les techniques de construction des bateaux et leur fonction, les cargaisons…

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes

Tarif : Enfant de moins de 5 ans : gratuit - Enfants de 5 à 18 ans : 2 € + entrée au musée gratuite - Adulte : 4 € + billet d'entrée au musée - La présence d'un parent est obligatoire

Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr, 48h à l’avance

(jauge 15 personnes max parents accompagnateurs compris).

RDV à l'accueil du musée

  • Visite en famille

Les trésors engloutis

Mercredi 19 avril de 10h à 12h

Visite découverte de l’exposition "Mémoire à la mer, plongée au cœur d l'archéologie sous-marine" où les enfants pourront toucher du doigts d'incroyables découvertes archéologiques sous-marines.

Enfants entre 8 et 12 ans, jauge 15 personnes.

Tarifs : Enfants de moins de 5 ans : gratuit/ enfants de 5 à 18 ans : 2 Euros + entrée gratuite au musée/ Adultes : visite 4 euros + billet d'entrée au musée. Sur réservation uniquement au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr

RDV à l'accueil du musée

 

  • LES PLUS :

    - Parcours audioguidé :
    Les adolescents sont chouchoutés au musée d'Histoire de Marseille !
    Un parcours audio-guidé spécialement conçu pour les adolescents met en scène un dialogue entre une grande sœur et son frère. L'audioguide est gratuit et disponible également en anglais et italien.
     
    - Le jeu des petits massaliotes
    Support pédagogique pour un public familial (enfants entre 8 et 12 ans) autour des collections du musée et en particulier des séquences antiques. A demander gratuitement à l’accueil du musée.

 

En image : Musée d'Histoire de Marseille/Voie historique. Photographe Laure Mélone

Dans le cadre de la 15e édition du festival Mars en Baroque organisé par Concerto Soave

"Happy Baroque !"
Mardi 28 mars - de 12h à 20h

Visite "Coup de coeur "
de 12h30 à 13h15
Visite gratuite une fois acquittés les droits d'entrée au parcours permanent des collections : plein tarif 5 euros, tarif réduit 3 euros.


Accès dans la limite des places disponibles, sur réservation préalable au 04 91 55 36 00 ou par mail à l'adresse museehistoire@ marseille.fr (inscriptions closes le vendredi 24 mars à 15h).
Dans le parcours des collections du musée : Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine et Jean-Marc Aymes, musicien et directeur artistique de Concerto Soave, présentent le tableau "La Prédication de Marie-Madeleine".

Conférence
"La Provence de la Renaissance : carrefour des arts"
18h, à l'auditorium*
Par Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine, avec illustration musicale par Jean-Marc Aymes au clavecin et orgue.
Ouverte aux cultures méditerranéennes par sa façade maritime, reliée à la France, et par-delà aux Flandres, la Provence est un axe privilégié d’échanges stylistiques. Au XIVe siècle, Avignon, siège de la papauté,
abrite un foyer artistique animé par des artistes peintres, parmi lesquels le célèbre Simone Martini. Au XVe siècle, grâce à la présence d’artistes venus de Bourgogne, de Flandres, de Catalogne, l’italianisme s’infléchit et s’élabore à Avignon un nouveau langage formel original. A Aix-en-Provence, à la cour du roi René, fin lettré, se croisent des artistes d’horizons divers, comme Barthélémy Eyck, Nicolas Froment, Francesco Laurana. Au XVIe siècle, les artistes en provenance des Flandres et d’Italie continuent de se croiser en Provence, et certains s’y installent. La circulation des artistes, ainsi que celle des modèles, au gré de la diffusion des gravures, contribuent à la création d’un style reflétant cette double appartenance.
Élégance et subtilité sont les maîtres mots du style polyphonique " international" qui envahit l’Europe au XVIe siècle. Une jeune équipe d’artistes spécialisés dans ce répertoire si particulier est ici réunie, pour un voyage à travers les Cours les plus raffinées qui soient. De Londres à Paris, de Madrid à Rome, la musique déroule ses arabesques délicates, les reflets mordorés des instruments anciens enchâssant précieusement la voix d’une soprano et d’un contreténor. Un programme entièrement dédié à des amours délicieuses et à de poétiques fantaisies...

Concert
Amours, délices et fantaisies. L’Europe musicale du XVIe siècle
20h, à l'auditorium*

Élégance et subtilité sont les maîtres mots du style polyphonique " international" qui envahit l’Europe au XVIe siècle. Une jeune équipe d’artistes spécialisés dans ce répertoire si particulier est ici réunie, pour un voyage à travers les Cours les plus raffinées qui soient. De Londres à Paris, de Madrid à Rome, la musique déroule ses arabesques délicates, les reflets mordorés des instruments anciens enchâssant précieusement la voix d’une soprano et d’un contreténor. Un programme entièrement dédié à des amours délicieuses et à de poétiques fantaisies...

Présentation des artistes et programme complet de la manifestation sur  : www.marsenbaroque.com

 

* En accès libre, dans la limite des 200 places disponibles

Dans le cadre de la 15e édition du festival Mars en Baroque organisé par Concerto Soave

"Happy Baroque !"
Mardi 28 mars - de 12h à 20h

Visite "Coup de coeur "
de 12h30 à 13h15
Visite gratuite une fois acquittés les droits d'entrée au parcours permanent des collections : plein tarif 5 euros, tarif réduit 3 euros.


Accès dans la limite des places disponibles, sur réservation préalable au 04 91 55 36 00 ou par mail à l'adresse museehistoire@ marseille.fr (inscriptions closes le vendredi 24 mars à 15h).
Dans le parcours des collections du musée : Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine et Jean-Marc Aymes, musicien et directeur artistique de Concerto Soave, présentent le tableau "La Prédication de Marie-Madeleine".

Conférence
"La Provence de la Renaissance : carrefour des arts"
18h, à l'auditorium*
Par Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine, avec illustration musicale par Jean-Marc Aymes au clavecin et orgue.
Ouverte aux cultures méditerranéennes par sa façade maritime, reliée à la France, et par-delà aux Flandres, la Provence est un axe privilégié d’échanges stylistiques. Au XIVe siècle, Avignon, siège de la papauté,
abrite un foyer artistique animé par des artistes peintres, parmi lesquels le célèbre Simone Martini. Au XVe siècle, grâce à la présence d’artistes venus de Bourgogne, de Flandres, de Catalogne, l’italianisme s’infléchit et s’élabore à Avignon un nouveau langage formel original. A Aix-en-Provence, à la cour du roi René, fin lettré, se croisent des artistes d’horizons divers, comme Barthélémy Eyck, Nicolas Froment, Francesco Laurana. Au XVIe siècle, les artistes en provenance des Flandres et d’Italie continuent de se croiser en Provence, et certains s’y installent. La circulation des artistes, ainsi que celle des modèles, au gré de la diffusion des gravures, contribuent à la création d’un style reflétant cette double appartenance.
Élégance et subtilité sont les maîtres mots du style polyphonique " international" qui envahit l’Europe au XVIe siècle. Une jeune équipe d’artistes spécialisés dans ce répertoire si particulier est ici réunie, pour un voyage à travers les Cours les plus raffinées qui soient. De Londres à Paris, de Madrid à Rome, la musique déroule ses arabesques délicates, les reflets mordorés des instruments anciens enchâssant précieusement la voix d’une soprano et d’un contreténor. Un programme entièrement dédié à des amours délicieuses et à de poétiques fantaisies...

Concert
Amours, délices et fantaisies. L’Europe musicale du XVIe siècle
20h, à l'auditorium*

Élégance et subtilité sont les maîtres mots du style polyphonique " international" qui envahit l’Europe au XVIe siècle. Une jeune équipe d’artistes spécialisés dans ce répertoire si particulier est ici réunie, pour un voyage à travers les Cours les plus raffinées qui soient. De Londres à Paris, de Madrid à Rome, la musique déroule ses arabesques délicates, les reflets mordorés des instruments anciens enchâssant précieusement la voix d’une soprano et d’un contreténor. Un programme entièrement dédié à des amours délicieuses et à de poétiques fantaisies...

Présentation des artistes et programme complet de la manifestation sur  : www.marsenbaroque.com

 

* En accès libre, dans la limite des 200 places disponibles

"Origine et représentations de la Canebière. Découverte des collections du musée d'histoire et promenade commentée du Grand Cours au Vieux-Port"

Dimanche 26 mars - de 11h à 13h
Visite centrée sur les collections du musée représentant la Canebière (maquettes, plans, gravures, film des frères Lumière…) puis promenade de l'actuel cours Belsunce au Vieux-Port (points de vue sur les façades décorées et les
résultats des fouilles archéologiques sur le secteur). Sur réservation : 04 91 55 36 00/ musee-histoire@mairiemarseille.fr
 
Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ).
 

"Origine et représentations de la Canebière. Découverte des collections du musée d'histoire et promenade commentée du Grand Cours au Vieux-Port"

Dimanche 26 mars - de 11h à 13h
Visite centrée sur les collections du musée représentant la Canebière (maquettes, plans, gravures, film des frères Lumière…) puis promenade de l'actuel cours Belsunce au Vieux-Port (points de vue sur les façades décorées et les
résultats des fouilles archéologiques sur le secteur). Sur réservation : 04 91 55 36 00/ musee-histoire@mairiemarseille.fr
 
Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ).
 

 

  • VISITE DE L'EXPOSITION
«Mémoireà la mer. Plongée au coeurde l'archéologie sous-marine»
Visites commentées

- Vendredis 3, 10, 17, 24, 31 mars de 12h30 à 13h30
- Dimanches 5, 12, 19, 26 mars de 14h à 15h30,
Limite de la jauge 25 personnes.
Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée à l’exposition temporaire (8€ plein tarif/ 5€ réduit). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.
 
  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE * du Port antique au fort Saint-Jean *: Dimanche 5 mars de 11h à 13h.
* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.
 
  • VISITES LIBRES
Musée des Docks romains, 28, Place Vivaux, 13002 Marseille. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à18h. Accés libre.
Mémorial de la Marseillaise, 23 Rue Thubaneau, 13001 Marseille. Ouvert à 10h30 et 15h les mardis et vendredis. Billet d'entrée à retirer le jour même au musée d'histoire de Marseille.

 

Photographe : Laure Mélone

 

 

  • VISITE DE L'EXPOSITION
«Mémoireà la mer. Plongée au coeurde l'archéologie sous-marine»
Visites commentées

- Vendredis 3, 10, 17, 24, 31 mars de 12h30 à 13h30
- Dimanches 5, 12, 19, 26 mars de 14h à 15h30,
Limite de la jauge 25 personnes.
Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée à l’exposition temporaire (8€ plein tarif/ 5€ réduit). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.
 
  • PARCOURS DE LA VOIE HISTORIQUE * du Port antique au fort Saint-Jean *: Dimanche 5 mars de 11h à 13h.
* Tarifs : 4 € / 2 € (jeune public de 5 à 18 ans) en plus du ticket d’entrée au musée (5€/3€ ). Sans réservation, inscriptions sur place, en billetterie, dans l’ordre d’arrivée, dans la limite des places disponibles.
 
  • VISITES LIBRES
Musée des Docks romains, 28, Place Vivaux, 13002 Marseille. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à18h. Accés libre.
Mémorial de la Marseillaise, 23 Rue Thubaneau, 13001 Marseille. Ouvert à 10h30 et 15h les mardis et vendredis. Billet d'entrée à retirer le jour même au musée d'histoire de Marseille.

 

Photographe : Laure Mélone

 

S'abonner à RSS - Au musée