Au musée

Au musée

Patrimoine & science : ça tourne !

Jeudi 31 mai 2018 de 13h30 à 15h

L’audiovisuel au service de la valorisation de la recherche scientifique

 

A l’occasion du cycle des « Parlons-en », le LABCOM MAP-CICRP organise la projection de deux documentaires produits par CNRS Images autour de

la thématique du patrimoine.

Cette projection sera précédée d’une présentation de la politique de diffusion du CNRS par l’équipe de réalisation.

 

➤ Tous publics. Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du musée. Sous réserve d’inscription à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr

Pour le programme complet, consulter le PDF en piéce-jointe

Patrimoine & science : ça tourne !

Jeudi 31 mai 2018 de 13h30 à 15h

L’audiovisuel au service de la valorisation de la recherche scientifique

 

A l’occasion du cycle des « Parlons-en », le LABCOM MAP-CICRP organise la projection de deux documentaires produits par CNRS Images autour de

la thématique du patrimoine.

Cette projection sera précédée d’une présentation de la politique de diffusion du CNRS par l’équipe de réalisation.

 

➤ Tous publics. Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du musée. Sous réserve d’inscription à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr

Pour le programme complet, consulter le PDF en piéce-jointe

La vérité vraie sur la fondation de Marseille !

Samedi 19 mai à 19h et 22h

Lecture déambulatoire, par Gilles Ascaride, comédien, en présence de Jean Contrucci, auteur de ce "récit homérique" arbracadabrantesque…

➤ Tous publics. Tarif : gratuit, sans réservation.

 

Lecture de 30 à 40 min, sans réservation, RDV dans le hall du musée, à 19h et à 22h.

 

Jean Contrucci est né il y a longtemps. C’était en 1939 après Jésus-Christ (c’est vous dire !). Jusqu’à ce livre, il avait semé derrière lui des ouvrages d’inspiration diverse mais qui lui avaient valu l’estime cordiale d’un bon nombre de lecteurs sans préjugés et l’indifférence hautaine de quelques critiques avec préjugés. Désormais les deux camps seront d’accord: il est retombé en enfance. L’âge de toutes les bêtises. Mieux vaut en rire…

Certifié overlittérature !

http://overlitterature.blogspot.fr/

 

La fin de 26 siècles d’impostures!

MARSEILLE (AFP) – dim. 31 septembre – 18h50 heure de Paris – Jaloux de ses succès littéraires de proximité, plusieurs individus se réclamant de la secte fanatique connue sous l’appellation Overlittérature (canal historique) ont pénétré hier

dans la maison de retraite où le vieil écrivain Jean Contrucci se remet d’une vie de labeur passée sur des paperasses jaunies, et – sans lui laisser le temps de fi nir sa soupe aux vermicelles – l’ont enlevé pour le contraindre sous la menace de commettre

un ouvrage qui saccagerait à jamais sa réputation. Sous la dictée de ses bourreaux, le malheureux a été forcé de signer de son nom le récit abracadabrantesque que vous avez entre les mains, à propos de la légendaire fondation de Marseille par des Grecs

venus d’Asie mineure pour faire leurs intéressants. Une lecture même superfi cielle de l’ouvrage révèle que son auteur – sans doute choqué par la brutalité du procédé – n’avait plus toute sa tête lorsqu’il a rédigé son texte. Il a dû pourtant se

soumettre à la volonté sadique de ses tortionnaires et boire le calice jusqu’à la lie (ah, là,là#!), sous peine de se voir confi squer à jamais la collection de suce-miel à laquelle il tient plus qu’ à la prunelle de ses yeux fatigués. Il lui reste cependant suffi samment

de lucidité pour réaliser que la publication de cet ouvrage lui fermera à jamais les portes de l’Académie de Marseille.

 

Jean Contrucci est né il y a longtemps. C’était en 1939 après Jésus-Christ (c’est vous dire# !). Jusqu’à ce livre, il avait semé derrière lui des ouvrages d’inspiration diverse mais qui lui avaient valu l’estime cordiale d’un bon nombre de lecteurs sans préjugés et l’indifférence hautaine de quelques critiques avec préjugés. Désormais les deux camps seront d’accord#: il est retombé en enfance. L’âge de toutes les bêtises. Mieux vaut en rire…

Crédits : Jean Contrucci

La vérité vraie sur la fondation de Marseille !

Samedi 19 mai à 19h et 22h

Lecture déambulatoire, par Gilles Ascaride, comédien, en présence de Jean Contrucci, auteur de ce "récit homérique" arbracadabrantesque…

➤ Tous publics. Tarif : gratuit, sans réservation.

 

Lecture de 30 à 40 min, sans réservation, RDV dans le hall du musée, à 19h et à 22h.

 

Jean Contrucci est né il y a longtemps. C’était en 1939 après Jésus-Christ (c’est vous dire !). Jusqu’à ce livre, il avait semé derrière lui des ouvrages d’inspiration diverse mais qui lui avaient valu l’estime cordiale d’un bon nombre de lecteurs sans préjugés et l’indifférence hautaine de quelques critiques avec préjugés. Désormais les deux camps seront d’accord: il est retombé en enfance. L’âge de toutes les bêtises. Mieux vaut en rire…

Certifié overlittérature !

http://overlitterature.blogspot.fr/

 

La fin de 26 siècles d’impostures!

MARSEILLE (AFP) – dim. 31 septembre – 18h50 heure de Paris – Jaloux de ses succès littéraires de proximité, plusieurs individus se réclamant de la secte fanatique connue sous l’appellation Overlittérature (canal historique) ont pénétré hier

dans la maison de retraite où le vieil écrivain Jean Contrucci se remet d’une vie de labeur passée sur des paperasses jaunies, et – sans lui laisser le temps de fi nir sa soupe aux vermicelles – l’ont enlevé pour le contraindre sous la menace de commettre

un ouvrage qui saccagerait à jamais sa réputation. Sous la dictée de ses bourreaux, le malheureux a été forcé de signer de son nom le récit abracadabrantesque que vous avez entre les mains, à propos de la légendaire fondation de Marseille par des Grecs

venus d’Asie mineure pour faire leurs intéressants. Une lecture même superfi cielle de l’ouvrage révèle que son auteur – sans doute choqué par la brutalité du procédé – n’avait plus toute sa tête lorsqu’il a rédigé son texte. Il a dû pourtant se

soumettre à la volonté sadique de ses tortionnaires et boire le calice jusqu’à la lie (ah, là,là#!), sous peine de se voir confi squer à jamais la collection de suce-miel à laquelle il tient plus qu’ à la prunelle de ses yeux fatigués. Il lui reste cependant suffi samment

de lucidité pour réaliser que la publication de cet ouvrage lui fermera à jamais les portes de l’Académie de Marseille.

 

Jean Contrucci est né il y a longtemps. C’était en 1939 après Jésus-Christ (c’est vous dire# !). Jusqu’à ce livre, il avait semé derrière lui des ouvrages d’inspiration diverse mais qui lui avaient valu l’estime cordiale d’un bon nombre de lecteurs sans préjugés et l’indifférence hautaine de quelques critiques avec préjugés. Désormais les deux camps seront d’accord#: il est retombé en enfance. L’âge de toutes les bêtises. Mieux vaut en rire…

Crédits : Jean Contrucci

« Avant/après "mai 68" : vos témoignages ! »

Samedi 19 mai à partir de 20h30

Projection suivie d’échanges pour raconter « son » mai 68 ou celui de ses parents, témoigner de ce que cela a changé dans nos vies.

En présence des réalisateurs du film Mai 68, esprit es-tu là ? Karine Bonjour et Philippe Kahn, de témoins et d’Olivier Filleule, chercheur au CNRS et professeur à l’Université de Lausanne, modérateur.


Mai 68, esprit es-tu là ?

France, 2008, 52’

Production : Treize au Sud, France 3

Que reste-t’il de l’esprit de Mai 68 ? Loin des controverses et des commémorations officielles, le film dresse le portrait coloré de la France rurale et provinciale de cette époque. À l’appui de nombreux témoignages recueillis aux quatre coins des régions françaises, nous revivons un printemps 68 décalé des représentations habituelles.

« Avant/après "mai 68" : vos témoignages ! »

Samedi 19 mai à partir de 20h30

Projection suivie d’échanges pour raconter « son » mai 68 ou celui de ses parents, témoigner de ce que cela a changé dans nos vies.

En présence des réalisateurs du film Mai 68, esprit es-tu là ? Karine Bonjour et Philippe Kahn, de témoins et d’Olivier Filleule, chercheur au CNRS et professeur à l’Université de Lausanne, modérateur.


Mai 68, esprit es-tu là ?

France, 2008, 52’

Production : Treize au Sud, France 3

Que reste-t’il de l’esprit de Mai 68 ? Loin des controverses et des commémorations officielles, le film dresse le portrait coloré de la France rurale et provinciale de cette époque. À l’appui de nombreux témoignages recueillis aux quatre coins des régions françaises, nous revivons un printemps 68 décalé des représentations habituelles.

Autour de l’Histoire des épices ! Par le conteur Clément Goguillot-séquences modernes.

Samedi 5 mai de 10h 30 à 11h30

Tarifs : Enfants de 5 à 18 ans : 4 euros/ réduit : 1,50 (entrée au musée gratuite). Adultes droits d’entrée au musée (6€/3€), activité gratuite. Réservation obligatoire au 04 91 55 36 00 ou musee-histoire@marseille.fr

➤ Public adulte et enfant.

Visite en famille : Quel Amour! Gyptis et Protis... mariage d'amour ?

 

Tous publics. Tarif : Adulte : 3€ - Enfant de moins de 12 ans : gratuit – Enfant de 12 à 18 ans : 1,50 € - Sans droit d’entrée au musée – Sur réservation au 04 91 55 36 00 ou : musee-histoire@marseille.fr

Visite en famille : Quel Amour! Gyptis et Protis... mariage d'amour ?

 

Tous publics. Tarif : Adulte : 3€ - Enfant de moins de 12 ans : gratuit – Enfant de 12 à 18 ans : 1,50 € - Sans droit d’entrée au musée – Sur réservation au 04 91 55 36 00 ou : musee-histoire@marseille.fr

Mai 1968, les femmes aussi !

A 11h

 

Rencontre avec avec Leslie Kaplan, auteure de Mai 1968, le chaos peut être un chantier, P.O.L, 2018 et Isabelle Sommier, co-auteur de Marseille mai 1968, Presses de Sciences Po, 2018.

La célébration des 50 ans de Mai 1968 met en avant nombre de figures médiatiques masculines et semble oublier que les femmes ont joué un rôle important dans ce vaste mouvement de contestation sociale, politique et culturelle. À partir d’un montage d’images d’archives, l’écrivaine Leslie Kaplan, qui fait de Mai 1968 un thème présent dans la plupart de ses livres, dialoguera avec Isabelle Sommier, coauteure du récent Marseille années 68 qui dévoile une cité phocéenne à l’avant-garde de combats tels que la reconnaissance des mouvements féministes, lesbiens et homosexuels.

Rencontre animée par Vincent Martigny, politiste, membre de la rédaction du journal Le 1.

A lire :

Olivier Filleule, Isabelle Sommier, Marseille mai 1968, Presses de Sciences Po, 2018.

Leslie Kaplan, Mai 1968, le chaos peut être un chantier, P.O.L, 2018.


Programmée dans le cadre du Festival Oh les beaux jours ! En lien avec l’exposition Marseille et mai 68.

Mai 1968, les femmes aussi !

A 11h

 

Rencontre avec avec Leslie Kaplan, auteure de Mai 1968, le chaos peut être un chantier, P.O.L, 2018 et Isabelle Sommier, co-auteur de Marseille mai 1968, Presses de Sciences Po, 2018.

La célébration des 50 ans de Mai 1968 met en avant nombre de figures médiatiques masculines et semble oublier que les femmes ont joué un rôle important dans ce vaste mouvement de contestation sociale, politique et culturelle. À partir d’un montage d’images d’archives, l’écrivaine Leslie Kaplan, qui fait de Mai 1968 un thème présent dans la plupart de ses livres, dialoguera avec Isabelle Sommier, coauteure du récent Marseille années 68 qui dévoile une cité phocéenne à l’avant-garde de combats tels que la reconnaissance des mouvements féministes, lesbiens et homosexuels.

Rencontre animée par Vincent Martigny, politiste, membre de la rédaction du journal Le 1.

A lire :

Olivier Filleule, Isabelle Sommier, Marseille mai 1968, Presses de Sciences Po, 2018.

Leslie Kaplan, Mai 1968, le chaos peut être un chantier, P.O.L, 2018.


Programmée dans le cadre du Festival Oh les beaux jours ! En lien avec l’exposition Marseille et mai 68.

Les Égyptiens et leur patrimoine 

 

Conférence d’Omniya Abdel Barr : historienne, spécialiste de l’histoire de l’architecture islamique, chercheuse au Victoria & Albert Museum (Londres), accompagnée par Richard Jacquemond, professeur de littérature arabe moderne à Aix-Marseille Université.

Dans le cadre du cycle « collège de méditéranné » , Rencontres d’Averroés.

L’arrivée de Bonaparte en Égypte, à la tête d’une expédition qui dura trois ans (1781-1801), marque un tournant décisif dans l’histoire du pays. L’Égypte semble se réveiller d’un long sommeil. Le pays dévoile les merveilles de son passé tant aux yeux des nouveaux arrivants que de ses habitants. Cette rencontre avec le monde occidental inaugure une nouvelle phase dans les relations internationales. Mais elle suscite aussi de nouveaux débats au sein de la société égyptienne, qui doit faire face à trois défis : affirmer son identité nationale, rechercher son autonomie, mais aussi s’approprier un patrimoine à la fois historique et idéologique. Ces débats, nés à la fin du XVIIIe siècle, n’ont pas cessé jusqu’à aujourd’hui, alors que s’exercent de nouvelles contraintes sociales et politiques.

Programmée dans le cadre du cycle « Collège de méditéranné », Rencontres d’Averroés : http://www.rencontresaverroes.com/college-de-mediterranee.

Visuel : Port-Saïd, Egypte, 2012 © Franck Pourcel

Les Égyptiens et leur patrimoine 

 

Conférence d’Omniya Abdel Barr : historienne, spécialiste de l’histoire de l’architecture islamique, chercheuse au Victoria & Albert Museum (Londres), accompagnée par Richard Jacquemond, professeur de littérature arabe moderne à Aix-Marseille Université.

Dans le cadre du cycle « collège de méditéranné » , Rencontres d’Averroés.

L’arrivée de Bonaparte en Égypte, à la tête d’une expédition qui dura trois ans (1781-1801), marque un tournant décisif dans l’histoire du pays. L’Égypte semble se réveiller d’un long sommeil. Le pays dévoile les merveilles de son passé tant aux yeux des nouveaux arrivants que de ses habitants. Cette rencontre avec le monde occidental inaugure une nouvelle phase dans les relations internationales. Mais elle suscite aussi de nouveaux débats au sein de la société égyptienne, qui doit faire face à trois défis : affirmer son identité nationale, rechercher son autonomie, mais aussi s’approprier un patrimoine à la fois historique et idéologique. Ces débats, nés à la fin du XVIIIe siècle, n’ont pas cessé jusqu’à aujourd’hui, alors que s’exercent de nouvelles contraintes sociales et politiques.

Programmée dans le cadre du cycle « Collège de méditéranné », Rencontres d’Averroés : http://www.rencontresaverroes.com/college-de-mediterranee.

Visuel : Port-Saïd, Egypte, 2012 © Franck Pourcel

Marseille et mai 68

Conférence de Robert Mencherin et Jean-Marie Guillon, conseillers scientifiques de l’exposition Marseille et mai 68

Robert Mencherin est professeur honoraire d’histoire contemporaine, co-auteur de « A chacun son mai ? Le tour de France de mai-juin 1968 », actes du colloque de Lyon en mai 2009, Presses Universitaires de Rennes.
Jean-Marie Guillon est professeur émérite d’histoire contemporaine. Il a dirigé des recherches sur le sujet de mai-juin 68 à Aix-en-Provence et Marseille : «Mai 68 en Provence», Mai 68 dans les usines et en province, Aix-en-Provence, MMSH, 16 mai 2008
Co-auteur de Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social de 1940 à 1968, sous la dir. de Claude Pennetier, tome 5 : 2008, tome6 : 2009. Les Editions de l'Atelier, Paris.

 


 


 

Marseille et mai 68

Conférence de Robert Mencherin et Jean-Marie Guillon, conseillers scientifiques de l’exposition Marseille et mai 68

Robert Mencherin est professeur honoraire d’histoire contemporaine, co-auteur de « A chacun son mai ? Le tour de France de mai-juin 1968 », actes du colloque de Lyon en mai 2009, Presses Universitaires de Rennes.
Jean-Marie Guillon est professeur émérite d’histoire contemporaine. Il a dirigé des recherches sur le sujet de mai-juin 68 à Aix-en-Provence et Marseille : «Mai 68 en Provence», Mai 68 dans les usines et en province, Aix-en-Provence, MMSH, 16 mai 2008
Co-auteur de Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social de 1940 à 1968, sous la dir. de Claude Pennetier, tome 5 : 2008, tome6 : 2009. Les Editions de l'Atelier, Paris.

 


 


 

Le cinéma des années 68

Mardi 15 mai à 18h

 

Conférence de Catherine Roudé, docteure en histoire du cinéma et de l’audiovisuel à Paris 1, auteure de l'ouvrage Le cinéma militant à l'heure des collectifs. Slon et Iskra dans la France de l'après-1968 publié aux Presses universitaires de Rennes.

et Robert Mencherini, professeur honoraire d’histoire contemporaine, co-auteur de « A chacun son mai ? Le tour de France de mai-juin 1968 », actes du colloque de Lyon en mai 2009, Presses Universitaires de Rennes, conseiller scientifique de l’exposition « Marseille et mai 68 »

Le mouvement social de mai-juin 1968 entraîne une mobilisation sans précédent des professionnels du cinéma. Dans toute la France, ils enregistrent les manifestations, les occupations, le rejet du gaullisme et les aspirations nouvelles. A partir d'extraits de documentaires tournés en 1968 et dans les années qui ont suivi, cette conférence propose de revenir sur le mai 1968 cinématographique et sur ses suites.

Quatre points seront particulièrement mis en avant :

- Les prémices de l’événement avec la mobilisation ouvrière et la contestation de la guerre du Vietnam avec des extraits des films de Chris Marker A bientôt j'espère et Loin du Vietnam.

- Le mouvement de Mai-juin 68 avec des extraits du film de Jacques Villemont La reprise du travail aux usines Wonder.

- L’héritage du mouvement 68 et le développement du féminisme avec un extrait d'une vidéo de Carole Roussopoulos sur le conflit des usines Lip.

- La fin de la décennie des années 1970 et une première commémoration des événements avec Le Fond de l'air est rouge de Chris Marker.


Pour en savoir plus sur la publication de Catherine Roudé : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4501

Visuel : Image du film Le fond de l’air est rouge (1977), Iskra

Le cinéma des années 68

Mardi 15 mai à 18h

 

Conférence de Catherine Roudé, docteure en histoire du cinéma et de l’audiovisuel à Paris 1, auteure de l'ouvrage Le cinéma militant à l'heure des collectifs. Slon et Iskra dans la France de l'après-1968 publié aux Presses universitaires de Rennes.

et Robert Mencherini, professeur honoraire d’histoire contemporaine, co-auteur de « A chacun son mai ? Le tour de France de mai-juin 1968 », actes du colloque de Lyon en mai 2009, Presses Universitaires de Rennes, conseiller scientifique de l’exposition « Marseille et mai 68 »

Le mouvement social de mai-juin 1968 entraîne une mobilisation sans précédent des professionnels du cinéma. Dans toute la France, ils enregistrent les manifestations, les occupations, le rejet du gaullisme et les aspirations nouvelles. A partir d'extraits de documentaires tournés en 1968 et dans les années qui ont suivi, cette conférence propose de revenir sur le mai 1968 cinématographique et sur ses suites.

Quatre points seront particulièrement mis en avant :

- Les prémices de l’événement avec la mobilisation ouvrière et la contestation de la guerre du Vietnam avec des extraits des films de Chris Marker A bientôt j'espère et Loin du Vietnam.

- Le mouvement de Mai-juin 68 avec des extraits du film de Jacques Villemont La reprise du travail aux usines Wonder.

- L’héritage du mouvement 68 et le développement du féminisme avec un extrait d'une vidéo de Carole Roussopoulos sur le conflit des usines Lip.

- La fin de la décennie des années 1970 et une première commémoration des événements avec Le Fond de l'air est rouge de Chris Marker.


Pour en savoir plus sur la publication de Catherine Roudé : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4501

Visuel : Image du film Le fond de l’air est rouge (1977), Iskra

 

Musée d’Histoire de Marseille

AUTOUR DE L’EXPOSITION

« Marseille et mai 68 »

du 4 mai au 2 septembre

> Visite commentée de l’exposition, par les commissaires de l'exposition, Catherine Roux, Robert Mencherini et Jean-Marie Guillon, de 19h à 20h30.

 

> Projection/rencontre : « Avant/après "mai 68" : vos témoignages ! »

Un espace/temps de rencontre à l’auditorium du musée pour raconter « son » mai 68 ou celui de ses parents, témoigner de ce que cela a changé dans nos vies. (ne pas supprimer svp : important)

projection du film : « Mai 68, esprit es-tu là ? » documentaire de Karine Bonjour, Philippe Cahn, 2008. En présence de la réalisatrice et de témoins., à l’auditorium, à partir de 20h30,

Pour plus d'informations cliquez ici

 

AUTOUR DES COLLECTIONS

> Lecture déambulatoire, « La vérité vraie sur la fondation de Marseille ! », par Gilles Ascaride, en présence de Jean Contrucci, auteur de ce "récit homérique" (éditions Le Fioupélan 2017) et de leur complice Médéric Gasquet-Cyrus. Lecture de 30 à 40 min, sans réservation, RDV dans le hall du musée, à 19h et à 22h.

Pour plus d'informations cliquez ici

 

> La classe l’œuvre, programme : Le collège Longchamp, élèves de 4ème. Présentation par les élèves d'un choix d’œuvres en lien avec l'histoire, la littérature et les arts du XVIIIe siècle à Marseille.

Le collège Notre Dame de la Major, élèves de 5ème. Évocation de la vie quotidienne au Moyen-Âge (le commerce, l’habillement, l’approvisionnement en eau, l’habitation, l’artisanat).

 

> Démonstration de tournage, par Rachël Cholet, explication des différentes étapes de fabrication d’un objet (préparation de l’argile, tournage, séchage, cuisson, émaillages….), durée 1/2 h – 3/4h, à 19h30, 20h30 et 21h30, sur réservation, jauge 12 personnes maximum.

 

> Point parole, par la conférencière Sophie Ledrole, de 21h à minuit.

 

Musée des Docks romains

> Visite du musée des Docks romains et présentation du secteur autour de la place Villeneuve Bargemon tel qu’il était à l’époque antique.

Le conférencier présentera sur tablette l’extension numérique du musée d’Histoire, (jauge : 20 personnes maximum), RDV devant le musée des Docks romains, sur réservation.

 

Musée d’Histoire de Marseille

AUTOUR DE L’EXPOSITION

« Marseille et mai 68 »

du 4 mai au 2 septembre

> Visite commentée de l’exposition, par les commissaires de l'exposition, Catherine Roux, Robert Mencherini et Jean-Marie Guillon, de 19h à 20h30.

 

> Projection/rencontre : « Avant/après "mai 68" : vos témoignages ! »

Un espace/temps de rencontre à l’auditorium du musée pour raconter « son » mai 68 ou celui de ses parents, témoigner de ce que cela a changé dans nos vies. (ne pas supprimer svp : important)

projection du film : « Mai 68, esprit es-tu là ? » documentaire de Karine Bonjour, Philippe Cahn, 2008. En présence de la réalisatrice et de témoins., à l’auditorium, à partir de 20h30,

Pour plus d'informations cliquez ici

 

AUTOUR DES COLLECTIONS

> Lecture déambulatoire, « La vérité vraie sur la fondation de Marseille ! », par Gilles Ascaride, en présence de Jean Contrucci, auteur de ce "récit homérique" (éditions Le Fioupélan 2017) et de leur complice Médéric Gasquet-Cyrus. Lecture de 30 à 40 min, sans réservation, RDV dans le hall du musée, à 19h et à 22h.

Pour plus d'informations cliquez ici

 

> La classe l’œuvre, programme : Le collège Longchamp, élèves de 4ème. Présentation par les élèves d'un choix d’œuvres en lien avec l'histoire, la littérature et les arts du XVIIIe siècle à Marseille.

Le collège Notre Dame de la Major, élèves de 5ème. Évocation de la vie quotidienne au Moyen-Âge (le commerce, l’habillement, l’approvisionnement en eau, l’habitation, l’artisanat).

 

> Démonstration de tournage, par Rachël Cholet, explication des différentes étapes de fabrication d’un objet (préparation de l’argile, tournage, séchage, cuisson, émaillages….), durée 1/2 h – 3/4h, à 19h30, 20h30 et 21h30, sur réservation, jauge 12 personnes maximum.

 

> Point parole, par la conférencière Sophie Ledrole, de 21h à minuit.

 

Musée des Docks romains

> Visite du musée des Docks romains et présentation du secteur autour de la place Villeneuve Bargemon tel qu’il était à l’époque antique.

Le conférencier présentera sur tablette l’extension numérique du musée d’Histoire, (jauge : 20 personnes maximum), RDV devant le musée des Docks romains, sur réservation.

Pages

S'abonner à RSS - Au musée