EXPOSITION : « DERRIÈRE LA BOURSE », ARCHÉOLOGIE D’UN QUARTIER : 1860-2017


JUSQU'AU 30 SEPTEMBRE 2018

Dans le cadre de l'événement « 50 ANS. LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE LA BOURSE, 1967-2017 »

Visites commentées

Cette exposition de photographies évoque l’histoire du quartier dit « de derrière la Bourse ». Elle met en évidence les différents événements qui ont bouleversé ce quartier, depuis le percement de la rue Impériale en 1862, actuelle rue de la République, jusqu’à sa totale destruction en 1927. Devenu terrain vague, ce « grand vide » va connaître des usages multiples : jardin public, lieu d’accueil de foires et de cirques, parking…
En 1967, à l’occasion d’un chantier d’urbanisme impulsé par Gaston Defferre, les archéologues mettent au jour l’entrée de la ville grecque de Massalia et une partie du port romain. C’est cette histoire que l’exposition propose de redécouvrir au travers d’une cinquantaine de photographies documentaires. Elle prend place sur les grilles du site archéologique de la Bourse et sur la passerelle d’accès au Centre Bourse.

En prolongement, l’ensemble de ces photographies peuvent être consultées sur écrans numériques en séquence 13 du parcours permanent des collections. Accès libre.

 

Visuel : Vue de la place du Cheval Blanc avant sa démolition pour l’ouverture de la rue Impériale, aujourd’hui rue de la République. Vue prise du coté de la rue du cheval blanc, 1862.
Adolphe Terris
Photographie extraite de Album photographique d’anciennes rues démolies pour l’ouverture de la rue Impériale 1862 - 2000.1.1.4 - coll. musée d’Histoire de Marseille


JUSQU'AU 30 SEPTEMBRE 2018

Dans le cadre de l'événement « 50 ANS. LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE LA BOURSE, 1967-2017 »

Visites commentées

Cette exposition de photographies évoque l’histoire du quartier dit « de derrière la Bourse ». Elle met en évidence les différents événements qui ont bouleversé ce quartier, depuis le percement de la rue Impériale en 1862, actuelle rue de la République, jusqu’à sa totale destruction en 1927. Devenu terrain vague, ce « grand vide » va connaître des usages multiples : jardin public, lieu d’accueil de foires et de cirques, parking…
En 1967, à l’occasion d’un chantier d’urbanisme impulsé par Gaston Defferre, les archéologues mettent au jour l’entrée de la ville grecque de Massalia et une partie du port romain. C’est cette histoire que l’exposition propose de redécouvrir au travers d’une cinquantaine de photographies documentaires. Elle prend place sur les grilles du site archéologique de la Bourse et sur la passerelle d’accès au Centre Bourse.

En prolongement, l’ensemble de ces photographies peuvent être consultées sur écrans numériques en séquence 13 du parcours permanent des collections. Accès libre.

 

Visuel : Vue de la place du Cheval Blanc avant sa démolition pour l’ouverture de la rue Impériale, aujourd’hui rue de la République. Vue prise du coté de la rue du cheval blanc, 1862.
Adolphe Terris
Photographie extraite de Album photographique d’anciennes rues démolies pour l’ouverture de la rue Impériale 1862 - 2000.1.1.4 - coll. musée d’Histoire de Marseille